Ecoute ton corps : conférence du 21/04/09

Intervenante : Mme Carmen VILA
Psychothérapeute de l'école de Lise BOURBEAU depuis 1999.

Psychosomatique = somatique veut dire : qui vient du physique et psycho qui vient de l'âme.

Même la médecine traditionnelle accepte maintenant l'idée qu'au moins 75% des maladies sont psychosomatiques ; c'est à dire que le mal physisque est de cause émotionnelle ou mentale. Généralement, la majorité des gens se sentent insultés d'entendre dire que leur maladie est psychosomatique. Ils entendent que leur maladie est imaginaire, anormale ou mentale et se ferment à regarder au-delà du plan physique.

Lorsque le corps nous parle par un malaise ou une maladie c'est pour nous aider à devenir conscient. C'est pour nous dire qu'il est temps de changer notre façon de penser. Il nous dit que nous sommes au bout de nos limites physiques, émotionnelles et mentales.

Ceci nous amène aux problèmes alimentaires.

L'anorexie : est une diminution plus ou moins complète de l'appétit, entrainant selon son degré et sa cause et, à plus ou moins long terme, un amaigrissement avec retentissement sur l'état général.
L'anorexique, en rejetant la nourriture qui est le symbole de notre mère nourricière, la planète Terre, rejette sa mère. En rejetant sa mère, son modèle du principe féminin, cette personne rejette donc la partie féminine qui est en elle (ou en lui). La femme anorexique a un grand besoin de réapprendre à vivre et à se donner le droit d'être une femme, plutôt que de s'évader. En effet, la personne anorexique part facilement en astral ou dans son monde imaginaire puisqu'elle voudrait vivre dans l'au-delà tout de suite, plutôt que d'accomplir ce qu'elle est venue faire sur cette planète. Elle n'a plus goût à la nourriture parce qu'elle a fermé la porte à son désir de vivre et d'agir.
La personne qui souffre d'anorexie doit en tout premier changer sa perception de sa mère ; elle a le droit d'avoir des peurs et des limites comme tous les humains.
Il se peut qu'elle l'ait déçue à un certain moment lorsqu'elle était plus jeune mais ce qui la fait souffrir, c'est la perception des événements et non les événements eux-mêmes.
Elle peut changer cette perception en acceptant sa mère et sa façon de l'avoir nourrie affectivement, elle apprendra à accepter la femme en elle et elle reprendra goût à la vie et à la nourriture.

La boulimie : ce problème est d'ordre affectif, tout comme l'anorexie sauf que celui qui le vit veut bouffer sa mère. L'anorexie est liée à la peur du rejet et la boulimie a un lien avec la peur d'être abandonnée. Elle se produit chez une personne qui a voulu se couper de sa mère mais qui à un certain moment n'en peut plus de s'en priver et tombe dans l'autre extrème. C'est à dire qu'elle nécessite sa présence. Il est fréquent aussi que cette personne ai senti que sa mère voulait prendre toute sa place au point de l'empêcher d'aimer son père.
La personne qui souffre de boulimie, il est fort possible qu'elle ait cru étant jeune que sa mère prenait trop de place ou bien qu'elle prenait trop de place dans la vie de sa mère. Une partie d'elle ne veut pas de sa mère et l'autre a peur d'être abandonnée. Lorsqu'elle vit une crise de boulimie, c'est cette seconde partie d'elle qui veut se reprendre pour tout le temps où elle a voulu ignorer sa mère. Il est possible qu'elle est honte de quelque chose face à sa mère. Il est important qu'elle vérifie le bien fondé de sa réaction face à elle et qu'elle se révèle le plus possible. Elle constateras qu'elle a vécu la même chose qu'elle avec le parent du même sexe qu'elle et qu'elle l'a aimé beaucoup plus qu'elle ne l'a cru. Ce n'est ps ce qui s'est passé avec sa mère qui est la source du problème, mais bien sa perception de ce qui s'est passé.

Plus d'infos :

Carmen VILA : 04.50.64.58.07


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×